III DÉTENDEURS À UN ÉTAGE

 

Table des matières détaillée

Livre d'or

********************************************

A partir des éléments de base et des principes de fonctionnement décrits ci-dessus, nous pouvons maintenant étudier tous les types de détendeurs que l'on trouve sur le marché.

Nous verrons que dans certains cas, bien que ces principes restent les mêmes, les réalisations et les résultats peuvent être très différents.

Il existe deux familles principales de détendeurs : ceux qui détendent l'air en une seule fois, dits à un étage et ceux qui détendent l'air en deux étapes, dits à deux étages.

Les premiers ne sont plus guère utilisés. Nous les étudierons toutefois dans un but pédagogique.

Détendeur à un étage type " MISTRAL "

(Voir figure 14 ; 15 ;16)

Caractéristiques de fonctionnement

Ce détendeur dont le schéma et le fonctionnement sont voisins de celui de base vu précédemment, est fixé sur la robinetterie de la bouteille et l'air est détendu directement de la haute pression à la pression ambiante.

Il se caractérise par le fait que l'embout est relié au détendeur par deux tuyaux annelés basse pression, l'un pour l'inspiration, l'autre pour l'expiration.

Il en résulte une utilisation très particulière : en effet d'après les principes exposés auparavant, le détendeur fournit de l'air à la pression où se trouve la membrane.

Si l'embout est élevé au-dessus de celle-ci, le tuyau se remplit d'air à une pression de quelques dizaines de grammes au-dessus de celle qui règne au niveau de l'embout et celui-ci se met à fuser.

Inversement, si l'embout se trouve au-dessous de la membrane, la pression dans la chambre sèche est plus faible qu'au niveau de celui-ci et l'effort respiratoire nécessaire est plus important.

C'est pour ces raisons que l'extrémité du tuyau d'expiration a été ramenée au niveau de la membrane. De cette façon il n'a pas tendance à fuser, et l'effort expiratoire est réduit au minimum.

Fig. 15 Le détendeur "MISTRAL"

Ce tuyau est terminé par une extrémité aplatie, du type "bec de canard", qui joue le rôle de soupape anti-retour (Voir Fig. 8a)

Dans le modèle "ROYAL MISTRAL" (voir Fig. 16), on remarque au niveau de l'embout un dispositif appelé "Aquastop", avec deux soupapes de non-retour qui fonctionnent alternativement à l'inspiration et à l'expiration.

Au repos il empêche l'eau de pénétrer dans les tuyaux mais en fonctionnement il empêche surtout de réinspirer une partie des gaz expirés.

Avantages

Ces détendeurs sont simples et robustes et l'air en s'échappant dans le dos du plongeur ne gêne ni sa vue ni son ouïe. C'est pourquoi ils ont longtemps été appréciés par les photographes et les plongeurs profonds. (Mais aujourd'hui, il n'y en a plus beaucoup en service)

Inconvénients

Ils sont peu commodes pour donner, recevoir de l'air ou pour remplir un parachute.

Ils nécessitent un entraînement particulier pour effectuer certains exercices en raison de la position relative que doivent occuper la membrane et l'embout.

Leur seuil de sensibilité varie avec la pression dans la bouteille. (Voir paragraphe II-3)

Les tuyaux basse pression sont fragiles et relativement exposés à des coupures.

Les sièges et clapets sont soumis à des pressions très élevées qui font qu'ils s'endommagent très vite.

La position du détendeur dans le dos du plongeur est parfaite lorsque celui-ci est en position verticale, par contre, des différences non négligeables de sensibilité apparaissent en position ventrale et surtout dorsale.

C'est pourquoi ils se font de plus en plus rares. Il faut toutefois leur rendre l'hommage d'avoir été les détendeurs des pionniers de la plongée dans le monde.

Fig. 16 Le détendeur "ROYAL MISTRAL"

 

********************************************

Livre d'or

Chapitre suivant < PRINCIPES DES DÉTENDEURS > Chapitre suivant < DÉTENDEURS A DEUX ETAGES >