LA NAVIGATION AUX INSTRUMENTS

 

Compas de marine ancien

Nouveau Livre d'or

**********************************************************

Les plongeurs parlent souvent indifféremment de compas ou de boussole.

D'une façon générale, ils servent à mesurer l'angle que fait une direction par rapport au Nord magnétique. Nous négligerons ici la déclinaison (variable) qui est la différence entre le Nord magnétique et le Nord géographique.

La boussole et le compas sont des instruments différents même si leur usage est voisin.

La boussole

Elle est surtout destinée à une utilisation terrestre.

Elle se compose essentiellement d'une aiguille aimantée montée sur un pivot, parfois en rubis sur bronze pour réduire les frottements. Cette aiguille est montée dans un boîtier, pas forcément étanche, dont le fond comporte une graduation en degrés. La lecture ne peut se faire que vue de dessus. Ce type de boussole est fragile et possède souvent un système de blocage de l'aiguille. (Petit bouton sur la gauche de la photo ci-dessous)

Le couple de rotation de l'aiguille est faible car sa masse magnétique est faible. Le principal inconvénient de la boussole est de nécessiter d'être bien horizontale.

Petite boussole de poche

Certaines boussoles évoluées possèdent un système pour relever une direction mais cela est incompatible avec une utilisation sous-marine.

Le compas

Il est surtout destiné à une utilisation marine.

Il se compose essentiellement d'un disque monté sur pivot. Sur ce disque est dessinée une rose des vents graduée, le plus souvent de 0 à 360 degrés. Dessous ce disque, de part et d'autre du pivot, sont disposés 2 barreaux aimantés dont la masse magnétique est bien plus importante que celle de l'aiguille aimantée d'une boussole. Le tout est monté dans un boîtier étanche contenant parfois un liquide amortisseur de mouvement.

Les principaux avantages d'un compas de marine sont leur précision et la tolérance d'un angle important par rapport à l'horizontale.

Il existe plusieurs types de rose :

- La rose des vents représentée par une étoile à 32 branches. Elle est toujours d'actualité bien qu'elle ait été prévue, à l'origine pour la navigation à voile.

- Une graduation de 0 à 360 degrés.

Les compas de marine, à bord des bateaux, ont à la fois une graduation en degré et une rose des vents, souvent très stylisée. Ils sont maintenus horizontaux grâce à un système de cardan. (Voir la photographie en début de page)

Les compas sous-marins, objets de cette page, sont le plus souvent, gradués de 5 en 5 degrés, la rose des vents est réduite à sa plus simple expression. (Nord, sud, est et ouest représentés par les lettres N,S,E et W)

Il existe 2 types principaux de compas :

- Le compas de route : Comme son nom l'indique, il est destiné à suivre une route. (Un cap) A bord d'un bateau, il est le plus souvent solidaire de celui-ci et pour améliorer sa tenue au roulis et tangage, il est monté sur cardan. L'axe du bateau est appelée ligne de foi. La graduation de la rose par rapport à l'avant de la ligne de foi indique le cap suivi.

- Le compas de relèvement : Il possède un système de visée permettant de relever l'angle sous lequel on voit une cible par rapport au nord magnétique.

Beaucoup de compas mobiles et plus particulièrement les compas de plongée combinent ces deux possibilités.

La déclinaison, qui est l'écart variable entre le nord magnétique et le nord géographique, n'est pas utilisée car elle n'intervient que lorsqu'on veut tracer ou suivre une route portée sur une carte.

Figure 1 : Compas de plongée à couronne graduée

Figure 2 : Les barreaux aimantés, vus de dessous

En penchant le compas et en regardant par dessous à travers la fenêtre, vous pouvez distinguer les deux barreaux aimantés qui distinguent les compas des boussoles. (Voir la figure 2)

Eclaté d'un compas

Les photos ci-dessous montrent les différents composants d'un compas de plongée.

Ensemble (1)

La photo montre l'ensemble monté prêt à l'utilisation. (1)

Ensemble monté (1)- - - -Embase (2)- - - - - -Rose Recto (3)- - - - - Rose Verso (4)

 

Couvercle (5)- - - - - - - -Boîtier (6) - - - - - - - - Couronne (7) - - - - - - Capot (8)

     La capsule :

C'est le coeur du système elle est composée d'une embase (2) qui comporte un axe constitué par une aiguille fine laquelle soutient la rose des vents. La capsule est remplie par une huile destinée à amortir les mouvements de la rose des vents et à réduire les frottements sur l'axe. Pleine d'huile, elle est insensible à la pression extérieure.

     La rose des vents - Recto (3) et Verso (4)

Elle repose sur l'aiguille par un pivot (crapaudine en creux conique) qui, dans certaines limites, lui permet de rester horizontale quand l'instrument s'incline.

Au verso on peut voir les deux aimants qui encadrent l'aiguille et orientent la rose vers le Nord.

     Le couvercle (5)

Il est transparent et soudé sur l'embase. Sur le dessus la ligne de foi est tracée en rouge.

     Le boîtier (6)

Il reçoit la capsule collée ou soudée à l'intérieur.

     La couronne (7)

Elle est graduée et possède un système de cliquet qui lui permet de tourner par bonds

     Le capot de protection (8)

Le compas est généralement protégé par un capot en caoutchouc solidaire du bracelet de fixation au poignet du plongeur. Pour ma part, je préfère utiliser une garcette fixée à un anneau du gilet ce qui me permet de le tenir à la main et de mieux le positionner lorsque j'en ai besoin.

Cependant, dans les pays Anglo-Saxons, il est souvent installé dans une console avec le manomètre HP et l'ordinateur de plongée.

    

----------------------------------------------------------------

Utilisation

Pour utiliser un compas, il faut :

1) Etre capable de faire un relevé :

Cela consiste à mesurer la direction d'un repère qui par la suite servira à s'orienter sous l'eau. (Si la visibilité est suffisante, il est aussi possible de relever un cap en immersion, par exemple pour faire de la topographie)

Figure 3 : Différents relevés sur un site de plongée

2) Etre capable de suivre un cap :

Cela consiste à suivre sous l'eau la direction qui a été mesurée lors d'un relevé.

Les compas mécaniques se divisent eux-mêmes en 2 catégories :

Les compas à couronne graduée et les compas à boîtier gradué. (Ces derniers sont de moins en moins utilisés)

Compas à couronne graduée (Figure 4)

Pour son utilisation, il se compose :

1) D’un boîtier : Dans son axe est dessinée une «Ligne de foi» fixe. Sur le devant se trouve une fenêtre de visée avec un repère, dans le même axe que la ligne de foi.

2) D’une « Rose des vents » mobile où sont dessinés : le Nord, le Sud, l’Ouest et l’Est. (Ce Nord s’oriente automatiquement vers le nord magnétique) Une graduation de 0 à -360°, généralement de 5 en 5°. (Lecture sur le dessus et par la fenêtre latérale)

3) D’une couronne tournante, sur laquelle on trouve : Un repère double pour caler le nord de la rose Une graduation de 0 à -360° généralement de 5 en 5°.

Figure 4 : Compas à couronne graduée, modèle SK7 de Suunto

Compas à boîtier gradué : (Figure 6 droite)

Pour son utilisation, il se compose :

1) D’un boîtier sur lequel on trouve : une «Ligne de Foi». (Sur le coté) Une graduation de 0 à +360° généralement de 5 en 5°. Une fenêtre latérale avec un repère dans l’axe du boîtier.

2) D’une « Rose des vents » mobile où sont dessinés : le Nord, le Sud, l’Ouest et l’Est. (Ce Nord s’oriente automatiquement vers le nord magnétique) Une graduation de 0 à -360°, généralement de 5 en 5°. (Lecture sur le dessus et dans la fenêtre latérale)

3) D’une couronne tournante avec : Une ligne de visée (matérialisée par 2 encoches) Un repère double pour caler le nord de la rose.

Relevé à l'aide d'un compas à couronne graduée

A l’aide du repère de la fenêtre latérale, visez dans la direction que vous voulez repérer. Notez l’angle indiqué par le repère sur la rose des vents. Si plusieurs directions sont envisagées, notez-les sur votre planchette immergeable.

Relevé à l'aide d'un compas à boîtier gradué

Réglez la couronne de façon que ses encoches soient parallèles à la ligne de foi. A l’aide des encoches, visez dans la direction que vous voulez repérer. Notez l’angle indiqué par le repère sur la rose des vents. Si plusieurs directions sont envisagées, notez-les sur votre planchette immergeable. Un cap peut être relevé en immersion aussi bien qu'en surface. (Ici, les 2 compas indiquent un relèvement de 48°. On remarquera que ce n'est pas très précis)

Couronne graduée...........................................................Boîtier gradué

Figure 5 : Relevé d'un cap

Il existe un modèle de couronne où la graduation est tournée vers l'extérieur. Ce modèle n'est pas très pratique pour faire des relevés.

Utilisation du compas en plongée

(Suivre un cap, figure 6)

Couronne graduée : Mettez l’angle mesuré en correspondance avec la ligne de foi.

Boîtier gradué : Mettez le repère de la couronne sur l’angle de la direction que vous avez relevé.

Ici, sur les 2 modèles le réglage a été fait pour suivre un cap de 48°. On voit bien là, la différence qui existe entre ces deux types de compas

Dirigez vous dans la direction indiquée par la ligne de foi en maintenant le nord de la rose dans le repère double de la couronne. La fenêtre de visée n'est plus utilisée mais elle doit être orientée vers vous sous peine de faire une erreur de 180°. Par contre, si vous voulez revenir sur vos pas, vous devrez maintenir le nord de la rose vers le repère simple. (C'est ce que l'on appelle faire un 180°)

Couronne graduée ........................ .............. ...................Boîtier gradué

Figure 6 : Suivi d'un cap en immersion

Pour bien suivre le cap, il est préférable de le tenir le compas à deux mains, les coudes appuyés de chaque coté de la poitrine. Le compas se trouve ainsi à la pointe d'un triangle indéformable ce qui évite de modifier sa direction. Lorsqu'on veut une bonne précision, il est préférable de ne pas le quitter des yeux. Cependant, dans la pratique courante, il suffit d'y jeter un coup d'oeil de temps en temps. L'expérience aidant on se rend compte lorsqu'on modifie sa direction. Le compas pourra être fixé à un anneau, non magnétique, du gilet ou tenu au poignet par une dragonne pour être toujours à proximité de la main.

Lorsqu'il y a du courant, le plongeur en subit l'effet et cela peut entraîner une dérive importante. On peut éventuellement réduire cette erreur, à l’estime, mais c'est très aléatoire. Pour l'éviter et à condition que la visibilité soit suffisante, il faut réaliser un chaînage.

Cela consiste à prendre régulièrement des repères naturels sur le fond, le plus loin possible, dans la direction où l'on doit aller. (Indiquée par la ligne de foi) En prenant ainsi des repères les uns derrières les autres, on évite l'erreur due au courant et de plus, on a pas besoin de garder l'oeil rivé sur la rose des vents. Il ne faut pas hésiter à s'arrêter de temps en temps sur le fond pour prendre les dits repères.

Pour éviter les erreurs dues au frottement de la rose des vents sur l'intérieur du boîtier, le compas doit être maintenu aussi horizontal que possible. Quand vous achetez un compas, vérifiez qu'il tolère une gite importante, sans se bloquer. C'est une caractéristique qui est rarement donnée par le fabricant.

La précision des compas sous-marins est de quelques degrés.

Pour avoir une idée des erreurs possibles, il faut savoir qu'une erreur de 3° sur une distance de 100 mètres entraîne une écart d'environ 5 mètres à l'arrivée.

Les compas que nous venons de décrire peuvent être qualifiés de mécaniques. Il en existe aussi d'électroniques. (Ces derniers ont surtout pour caractéristique de permettre la mise en mémoire de cap pré définis et de donner des alarmes dès que l'on s'écarte de la bonne direction. (Nous les étudierons plus tard)

 

****************************************************************

Ancien Livre d'or

Nouveau Livre d'or