- STATIONS MOBILES -

Table des matières détaillée

Livre d'or

*****************************************

 

Nous entendons par stations mobiles, les stations transportables, remorquées ou embarquées sur de petites unités. Nous nous limiterons ici aux stations de capacité de 0 à 50 m3/heure, sans bouteilles tampons.

Ce sont aussi parfois des installations à caractère provisoire. (Voir norme EN1012-1 : 1996 § 3.2.11).

Il faut distinguer les installations mobiles, à moteur thermique, qui restent sur le véhicule de transport, des installations transportables, à moteur électrique, qui sont installées momentanément, à l'arrivée à destination. C'est par exemple, le cas d'un club qui transporte son compresseur et l'installe dans un local ou à l’air libre à proximité de l'hôtel ou il est logé.

L'opérateur opère à proximité du compresseur. La rampe de raccordement est confondue avec le panneau de commande. Un moyen d'arrêter le compresseur doit être accessible à portée immédiate.

Le système de purge des condensats est souvent manuel dans un souci économique mais on en trouve d'automatique. Il n’y a généralement pas de rampe spécialisée en fonction de la pression de service des bouteilles. (Le respect de cette pression se fait sous la responsabilité de l’opérateur)

A l'air libre

Figure 41 Station mobile à l'air libre

Dans tous les cas, un compresseur doit être à l'abri des intempéries et suffisamment aéré. Un pavillon ou une manche à air permet de tenir compte de la direction du vent et éviter d’aspirer des gaz polluants. Choisir de préférence un terrain plat aussi bien pour l'installation du compresseur que pour le stockage des bouteilles, voir figure 41.

Si le sol est meuble, il est préférable de poser le compresseur sur des traverses de bois qui permettront en plus de rétablir l'horizontalité.

Sur remorque

L'installation doit répondre à ce qui a été dit ci-dessus. Lorsque le compresseur est opérationnel, il faut que son axe reste bien horizontal. A cette fin il est utile d’équiper le châssis de la remorque avec un niveau à bulle et des vérins à vis. (Voir aussi la norme EN1012-1 : 1996 § 5.6.2 ; 5.7.2.5 et 7.2.9.1, à propos des conditions de remorquage).

Compresseur sur remorque

Sur bateau

Dans ce cas, les éléments doivent être particulièrement bien fixés pour résister au roulis et au tangage. Le compresseur doit rester de préférence à l’air libre, sur le pont.

On peut le mettre dans un coffre de protection en bois avec des panneaux mobiles permettant de l'aérer lorsqu'il fonctionne. Il doit cependant, toujours, être protégé contre les intempéries et le rayonnement du soleil s'il est très fort, voir figure 42.

Figure 42 Station de gonflage sur bateau

Il est préférable de le placer à l'endroit le plus tranquille, sur un chantier en bois qui l'isole de l'eau du pont et rétablit son horizontalité moyenne. L’axe du vilebrequin doit autant que possible être confondu avec celui du roulis. Les fabricants donnent des maxima au-delà desquels il ne doit pas fonctionner (par exemple 10° de tangage et 20° de gîte).

Sur les grosses unités, on peut utiliser un compresseur à refroidissement par eau avec échangeur eau de mer eau douce. On peut alors le mettre dans la cale.

La vitesse de rotation d’un compresseur est bien définie. Il y a surtout une vitesse maximum à ne pas dépasser. Il y a donc lieu d’éviter de le coupler au moteur du bateau.

Le bateau ayant tendance à se mettre dans le lit du vent ou du courant, la prise d’air doit être bien dégagée, à l'avant ou mobile pour parer à toute possibilité d’aspirer des gaz d’échappement. On peut utiliser un tuyau souple armé qui ne collapse pas à l'aspiration. Inversement, l'échappement du compresseur ne doit pas être aspiré par la prise d'air du moteur du bateau.

Le pavillon indique la direction du vent.

Les bouteilles doivent être solidement arrimées. On utilise parfois des alvéoles le long du pavois. Elles peuvent aussi être maintenues contre celui-ci par de solides sandows protégés par des morceaux de tuyau d'arrosage.

Il existe en fait de nombreuses possibilités qui tendent à la meilleure utilisation de la surface du pont, à faciliter les mouvements des plongeurs, leur équipement et leur mise à l'eau, sans gêner les manœuvres de l'équipage.

Au mouillage, n'oubliez pas que vous pouvez gêner les voisins. En route, il est préférable de gonfler par mer très calme.

 

****************************************************

Livre d'or

Chapitre suivant

- MAINTENANCE-