TRUCS & ASTUCES STATIONS

 

Pression de sortie des rampes de gonflage

La réglementation impose de disposer sur les rampes de gonflage au moins une soupape de sûreté plombée et un manomètre de mesure de la pression de sortie. Malheureusement, une soupape de sûreté est d'autant moins stable qu'elle est souvent sollicitée.

Pour éviter cet inconvénient, on peut disposer en amont un détendeur H. P. qui limite la pression de sortie a une valeur inférieure à celle de la soupape. Il reste cependant nécessaire de tester celle-ci de temps en temps. Pour cela, il est préférable de ne pas plomber le détendeur, d'augmenter lentement la pression de sortie jusqu'à ce que la soupape fuse, de vérifier que la pression est correcte puis de ramener le détendeur légèrement en arrière jusqu'à ce que la soupape s'arrête de fuser. Cette opération devra être réalisée régulièrement.

La soupape de sûreté doit être réglée à la pression de service du volume à protéger et non pas à 10% de plus comme certains le croient. Par contre, elle doit assurer un débit suffisant pour que la pression ne puisse dépasser la pression de service de plus de 10%.

Attention aux raccords Étriers ou D.I.N.

Nous avons échappé à un accident grave dû à l'usure du filetage d'un étrier. Celui-ci a foiré brutalement, en cours du gonflage, au moment ou l'opérateur se trouvait à proximité. Il n'en croit toujours pas ses oreilles qui, suite à la détonation, ont sifflé pendant longtemps.

Après examen, les filetages des deux autres étriers se trouvaient aussi très usés. Ils avaient beaucoup de jeu. Ils étaient en service depuis 5 ans et avaient gonflé chacun environ 5000 bouteilles.

Ces étriers étaient des 200 bars en bronze, la vis avait un diamètre de 10 mm. Nous les avons remplacés par des 232 bars, nouveaux modèle dont le diamètre de vis est de 15,5 mm. Ils semblent beaucoup plus solides. Voir les images ci-dessous.

Surveillez aussi les raccords D.I.N. ils paraissent plus costauds mais on ne sait jamais...

Gérard et Henri

 

Risques dus aux projections d'air haute pression

L'air qui jaillit lors d'une fuite haute pression se refroidit bien en dessous de zéro degré. Dans l'air ambiant, il rencontre de la vapeur d'eau qui se congèle instantanément. Il se forme alors des particules de glace qui sont projetées avec violence et, suivant la distance, peuvent provoquer de simple piqûres ou des déchirures nécessitant une intervention chirurgicale.

Merci à Gérard PUIG

 

 

********************************************